Vote de la loi de programmation militaire

Mardi 27 mars, l’Assemblée nationale a voté en première lecture le projet de loi relatif à la programmation militaire pour les années 2019 à 2025, avec 389 voix pour et 37 voix contre.

C’est à la commission de la défense nationale et des forces armées dont je suis membre qu’est revenue la responsabilité de faire le travail préparatoire à cette loi : 50h d’auditions, 12h d’examen en commissions et 27h dans l’hémicycle.

D’autres chiffres encore, significatifs de l’importance de ce texte, structurant pour nos forces armées : 6000 postes créés pour un meilleur accompagnement des familles, augmentation de 34% du budget dédié à l’équipement personnel de nos soldats, renouvellement conséquent des matériels… Le tout s’inscrivant dans l’objectif d’atteindre une dépense en matière de défense de l’ordre de 2% à l’horizon 2025.

Aussi nombreux sont les acteurs, qu’ils soient du monde militaire ou de l’industrie de défense à être très satisfaits de texte, rejoignant en cela la ministre des Armées, Florence Parly qui, à l’issue du vote, a salué « des moyens exceptionnels, de nouveaux équipements, des meilleures conditions de vie et d’engagement ».

Pour ma part, je me réjouis de l’adoption de deux de mes amendements qui figurent désormais dans le projet de loi, l’un sur la recherche concernant les appareils énergies dirigées (laser…), l’autre sur les études universitaires du phénomène de guerre. Ils trouvent leur origine dans ma conviction profonde qu’il ne suffit pas de faire la guerre, quels qu’en soient les motifs, encore faut-il la penser.
J’ai également eu l’occasion de prendre la parole dans l’hémicycle sur l’attention à porter à nos blessés de guerre, pour rappeler les mots du Général Bosser, Chef d’Etat-Major de l’Armée de terre « Soutenir nos blessés, c’est vouloir faire triompher avec eux le courage sur la peur, la détermination sur la souffrance, et la fraternité sur la solitude ».

C’est désormais au Sénat de se prononcer sur ce texte avant une adoption définitive, sans doute courant juin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *