La mission sur l’emploi et la formation dans le secteur du tourisme rend son rapport au Premier ministre

Le Premier ministre avait confié le 26 octobre dernier à Frédérique LARDET, députée de Haute-Savoie, M. Bruno DE MONTE, Directeur de l’Ecole Ferrandi et Mme Stéphanie LE QUELLEC, Cheffe, avec l’appui du rapporteur Charles-Louis MOLGO, le soin de conduire une mission relative au développement du potentiel d’emploi dans le secteur du tourisme.

Au terme de quatre mois de travaux et de centaines d’échanges et d’auditions auprès des organisations professionnelles et syndicales des principales branches intéressées, des acteurs de l’emploi et de la formation, les membres de la mission se sont rendus, au côté du Premier ministre, au Mont Saint-Michel le jeudi 14 mars 2019, afin de présenter les propositions et les actions opérationnelles de leur rapport.

Action 1 : Création d’une confédération du tourisme réunissant tous les principaux acteurs avec des intérêts communs. Elle deviendrait alors l’interlocuteur naturel des pouvoirs publics et jouerait le rôle comme pour d’autres secteurs, d’un comité de filière du tourisme. Cela peut se faire par l’émergence d’une Confédération des Acteurs du Tourisme (CAT) renouvelée qui serait l’instance pleinement légitime de concertation des professionnels qui y seraient fortement mobilisés en y partageant leurs travaux : l’acteur associatif représentant les acteurs privés porterait des enjeux communs auprès des pouvoirs publics, dans un dialogue constructif et plus efficient, à la hauteur des enjeux de la filière tourisme.

Action 2 : Favoriser un rassemblement le plus large des professionnels du tourisme dans un nombre restreint et un cadre cohérent d’OPCO dans le cadre du processus en cours mené par les branches, en lien avec le Ministère du Travail (passage de 20 à 10-11).

Cette structuration est cruciale car elle facilitera la convergence des outils de certification des compétences et de formation entre branches et facilitera les parcours entre hôteliers, clubs de vacances et parcs de loisir et donc augmentera les perspectives pour les salariés et l’attractivité de ces métiers. Les négociations menées dans les branches les amènent à un regroupement principalement dans 2 OPCO (celui des services à forte intensité de main d’œuvre d’une part et celui de la culture, du tourisme et des loisirs d’autre part).

Action 3 : Développement de l’emploi partagé et des groupements d’employeurs (G.E.) dans le tourisme, afin de sécuriser l’emploi des salariés. Pôle Emploi, les groupements d’employeurs et les organisations professionnelles se mobiliseront conjointement pour favoriser l’emploi par ce type de structures assurant une réponse à la diversité de besoins des TPE.

Action 4 : Création d’une plateforme des métiers, d’orientation et d’aides aux parcours au sein du tourisme. Cette initiative du privé pourrait voir le jour dans le cadre d’une démarche élargie des acteurs du tourisme autour d’initiatives de membres de la confédération du tourisme. Financé par le privé, un tel projet peut être structurant pour la gouvernance et amener les branches à penser une stratégie commune en termes de communication et de valorisation du secteur et des métiers mais aussi dans le cadre d’une démarche conjointe facilitant la mobilité professionnelle au sein du secteur. Elle pourrait s’appuyer notamment sur les outils qui seront produits dans le cadre de l’EDEC (Engagement de Développement de l’Emploi et des Compétences), contractualisé entre les branches du tourisme et le Ministère du Travail.

Action 5 : Améliorer l’attractivité des métiers et les conditions de travail dans le secteur du tourisme. L’objectif est de répondre au déficit d’attractivité, aux tensions sur certains métiers, aux offres d’emploi non pourvues, favoriser la fidélisation des salariés et la réduction du turnover, et de certaines pratiques de contrats courts pour investir dans l’organisation et la qualité de vie au travail. Pour cela, autour d’un millier d’entreprises par an pourraient être accompagnées en lien avec l’OPCO, le Ministère du Travail et la mobilisation du réseau de l’ANACT (Agence nationale d’amélioration des conditions de travail) pour les aider dans leurs diagnostics et plans d’action de changement à mettre en œuvre.

Il s’agira de formaliser les engagements des professionnels sur l’amélioration de la qualité de vie au travail dans le cadre d’un Contrat entre l’Etat, porté par le Ministère du Travail, et le secteur, dans le prolongement de l’Engagement pour le développement de l’emploi et des compétences (EDEC), et que les professionnels puissent rendre compte précisément des évolutions de pratiques, résultats, de leur négociation sociale et impacts induits.

Beaucoup de ces orientations requièrent une mobilisation collective, non seulement des pouvoirs publics, qui prendront toute leur part mais aussi bien-sûr des acteurs professionnels, par le biais de la négociation collective de branche, par la mobilisation des acteurs sur les territoires, ou par une responsabilité particulière que peuvent avoir les grandes entreprises en impulsion d’une dynamique favorable, en prenant des engagements tangibles sur l’insertion dans l’emploi (découverte métiers et immersions, alternance…).

D’ores et déjà, des premières réalisations sont en cours, avec des propositions portées auprès des parties prenantes tendant à renforcer leur gouvernance pour réunir dans un espace commun de co-construction, l’ensemble du secteur du tourisme, pour créer les conditions d’une croissance des entreprises et mieux développer l’emploi des salariés.

La mission sur l’emploi et la formation dans le secteur du tourisme, dont le travail se poursuit pour préciser le détail de ces priorités et autres orientations, travaillera avec les Ministères et les acteurs concernés à la mise en œuvre de ces premières orientations, et formalisation des engagements avec les branches et entreprises, dans la perspective du prochain Comité Interministériel du Tourisme qui se tiendrait au mois de mai.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *