ENVIRONNEMENT: Protéger la planète et préserver le pouvoir d’achat

Objectifs a priori difficilement conciliables mais qu’il nous faut pourtant nous efforcer d’atteindre simultanément.

Protéger la planète. Il y a quelques temps, je vous faisais part de mon adhésion au collectif parlementaire transpartisan “Accélérons” (http://frederiquelardet.fr/environnement-creation-dun-collectif-parlementaire-transpartisan-transition-ecologique/) pour accélérer la transition écologique et solidaire à notre niveau.

Pour autant, le changement climatique étant un problème mondial dont les impacts dépassent bien nos frontières, j’apporte également mon soutien au Pacte Finances Climat (https://www.pacte-climat.eu/fr/). Cette initiative rassemblant plus de 300 personnalités venues de 12 pays et de toutes sensibilités, demande la création d’une Banque du Climat adossée à la BEI ainsi qu’un budget Climat au niveau européen.

Préserver le pouvoir d’achat. L’urgence écologique impose la mise en place d’une fiscalité écologique, mais pas à n’importe quel prix.

Notre majorité avance sur ces sujets et vite: fin des hydrocarbures en France, prime à la conversion automobile et bientôt prime à la rénovation énergétique dès la réalisation des travaux, développement de l’économie circulaire et hausse de la TGAP décharge, fin des véhicules essence et diesel en 2040, 50% de produits de qualité dans la restauration collective d’ici 2022, séparation du conseil et de la vente des pesticides, objectif de neutralité carbone en 2050,  concrétisation des 6 parcs éoliens en mer, baisse de la TVA pour les collectivités sur la prévention et le tri des déchets…

Néanmoins, toute transition doit se faire par étapes, notamment pour ne pas pénaliser les ménages les plus modestes. Aussi, pour compenser en partie la hausse des prix du carburant (en grande partie due à la hausse des prix au niveau mondial), le gouvernement a annoncé des mesures très concrètes:

  • Défiscalisation des aides locales existantes versées à ceux qui doivent faire plus de 30 ou 40 km chaque jour pour aller travailler et réflexions sur des solutions alternatives pour les collectivités n’en disposant pas ;
  • Maintien de la prime à la conversion au-delà de l’objectif initial de 500 000 véhicules sur le quinquennat, au vu du succès du dispositif (plus de 218 000 demandes déjà déposées, 250 000 anticipées sur l’année 2018) ;
  • Discussion engagée avec les constructeurs automobiles pour mettre en place une prime additionnelle à la prime à la conversion. Les constructeurs ont accepté d’y travailler et les modalités seront fixées d’ici la fin du mois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *