Frédérique Lardet en charge de la création du premier Comité de Filière Tourisme en France

À l’occasion du 4ème Conseil Interministériel du Tourisme (CIT) qui se tenait le vendredi 17 mai, Frédérique Lardet rendait les conclusions de son rapport pour la mission gouvernementale sur l’emploi et la formation dans le secteur tourisme à laquelle elle avait été nommée en octobre dernier par le Premier ministre, Edouard Philippe.

Durant le CIT, le gouvernement a chargé la députée de créer le premier Comité de Filière Tourisme en France.

Qu’est-ce que le Comité de Filière Tourisme ?

Ce Comité aura pour principal objectif de formaliser un cadre d’échanges entre les branches, les opérateurs de compétences (OPCO) du secteur ; d’organiser une instance de co-construction des politiques de mobilité des salariés du secteur ; de répondre aux enjeux de montée en gamme et de pourvoir les 15 000 emplois supplémentaires par an qui pourraient être créés dans ces métiers d’ici 2022.

L’emploi, la formation, le tourisme solidaire, le cadre légal des professions, les enjeux réglementaires liés à l’économie de la filière et les questions européennes sont tout autant de thématiques que cette instance traitera au regard des priorités définies par les acteurs du secteur.

Quelles sont les autres mesures annoncées ?

Un contrat entre l’Etat et une douzaine de branches du secteur tourisme a été passé valant Engagement pour le Développement de l’Emploi et des Compétences (EDEC) mobilisant près de 1.35 million d’euros afin de construire des outils et d’accompagner les entreprises dans leur transformation RH et leur qualité de vie au travail. Cet engagement sera pris avec le soutien du réseau de l’Agence Nationale d’Amélioration des conditions de Travail (ANACT).

Des nouveaux OPCO dont 2 qui regroupent près d’un million de salariés au sein du secteur du tourisme.

Des engagements des professionnels de la branche de l’hôtellerie-restauration, qui visent à améliorer la santé et qualité de vie au travail ; faire progresser la rémunération globale du travail et améliorer l’attractivité des métiers.

Des engagements de l’Alliance France Tourisme : collectif de grandes entreprises opérant dans le secteur du tourisme , sur le soutien à la création d’une plateforme numérique dédiée à l’emploi et à la valorisation des métiers, l’orientation, la formation dans le tourisme, la valorisation de la formation d’excellence autour notamment d’une offre complémentaire d’apprentissage dans les métiers de services, et d’amélioration de la qualité de vie au travail et de sa rémunération globale.

Des actions à venir de la Conférence des Formations d’Excellence au Tourisme (CFET) sur l’adaptation des formations autour d’un tronc commun de pré requis intégrant : les langues étrangères, « l’accueil », la relation client, les rudiments de la gestion d’entreprise, la sécurité et développement durable, le rapprochement des formations avec les besoins exprimés par le système éducatif et les professionnels, notamment via les Campus des Métiers et Qualifications et leur mise en réseau.

Des travaux à venir en vue de la création d’un réseau ou d’une plateforme des formations d’excellence du tourisme, l’hôtellerie et la restauration.

La sécurisation et l’enrichissement accrus des parcours des salariés du secteur, par le développement de solutions collectives : développement des groupements d’employeurs et d’outils mis à disposition des entreprises pour faciliter leur gestion des ressources humaines et des recrutements avec le service public de l’emploi.

Rencontre avec les entreprises leader dans le secteur du tourisme

Le mardi 14 mai, je présentais, à l’Assemblée nationale, aux entreprises leader dans le secteur du tourisme les cinq axes d’actions de mon rapport établi dans le cadre de ma mission, confiée par le Premier ministre, relative au développement du potentiel d’emploi dans le secteur du tourisme.

La mission sur l’emploi et la formation dans le secteur du tourisme rend son rapport au Premier ministre

Le Premier ministre avait confié le 26 octobre dernier à Frédérique LARDET, députée de Haute-Savoie, M. Bruno DE MONTE, Directeur de l’Ecole Ferrandi et Mme Stéphanie LE QUELLEC, Cheffe, avec l’appui du rapporteur Charles-Louis MOLGO, le soin de conduire une mission relative au développement du potentiel d’emploi dans le secteur du tourisme.

Au terme de quatre mois de travaux et de centaines d’échanges et d’auditions auprès des organisations professionnelles et syndicales des principales branches intéressées, des acteurs de l’emploi et de la formation, les membres de la mission se sont rendus, au côté du Premier ministre, au Mont Saint-Michel le jeudi 14 mars 2019, afin de présenter les propositions et les actions opérationnelles de leur rapport.

Action 1 : Création d’une confédération du tourisme réunissant tous les principaux acteurs avec des intérêts communs. Elle deviendrait alors l’interlocuteur naturel des pouvoirs publics et jouerait le rôle comme pour d’autres secteurs, d’un comité de filière du tourisme. Cela peut se faire par l’émergence d’une Confédération des Acteurs du Tourisme (CAT) renouvelée qui serait l’instance pleinement légitime de concertation des professionnels qui y seraient fortement mobilisés en y partageant leurs travaux : l’acteur associatif représentant les acteurs privés porterait des enjeux communs auprès des pouvoirs publics, dans un dialogue constructif et plus efficient, à la hauteur des enjeux de la filière tourisme.

Action 2 : Favoriser un rassemblement le plus large des professionnels du tourisme dans un nombre restreint et un cadre cohérent d’OPCO dans le cadre du processus en cours mené par les branches, en lien avec le Ministère du Travail (passage de 20 à 10-11).

Cette structuration est cruciale car elle facilitera la convergence des outils de certification des compétences et de formation entre branches et facilitera les parcours entre hôteliers, clubs de vacances et parcs de loisir et donc augmentera les perspectives pour les salariés et l’attractivité de ces métiers. Les négociations menées dans les branches les amènent à un regroupement principalement dans 2 OPCO (celui des services à forte intensité de main d’œuvre d’une part et celui de la culture, du tourisme et des loisirs d’autre part).

Action 3 : Développement de l’emploi partagé et des groupements d’employeurs (G.E.) dans le tourisme, afin de sécuriser l’emploi des salariés. Pôle Emploi, les groupements d’employeurs et les organisations professionnelles se mobiliseront conjointement pour favoriser l’emploi par ce type de structures assurant une réponse à la diversité de besoins des TPE.

Action 4 : Création d’une plateforme des métiers, d’orientation et d’aides aux parcours au sein du tourisme. Cette initiative du privé pourrait voir le jour dans le cadre d’une démarche élargie des acteurs du tourisme autour d’initiatives de membres de la confédération du tourisme. Financé par le privé, un tel projet peut être structurant pour la gouvernance et amener les branches à penser une stratégie commune en termes de communication et de valorisation du secteur et des métiers mais aussi dans le cadre d’une démarche conjointe facilitant la mobilité professionnelle au sein du secteur. Elle pourrait s’appuyer notamment sur les outils qui seront produits dans le cadre de l’EDEC (Engagement de Développement de l’Emploi et des Compétences), contractualisé entre les branches du tourisme et le Ministère du Travail.

Action 5 : Améliorer l’attractivité des métiers et les conditions de travail dans le secteur du tourisme. L’objectif est de répondre au déficit d’attractivité, aux tensions sur certains métiers, aux offres d’emploi non pourvues, favoriser la fidélisation des salariés et la réduction du turnover, et de certaines pratiques de contrats courts pour investir dans l’organisation et la qualité de vie au travail. Pour cela, autour d’un millier d’entreprises par an pourraient être accompagnées en lien avec l’OPCO, le Ministère du Travail et la mobilisation du réseau de l’ANACT (Agence nationale d’amélioration des conditions de travail) pour les aider dans leurs diagnostics et plans d’action de changement à mettre en œuvre.

Il s’agira de formaliser les engagements des professionnels sur l’amélioration de la qualité de vie au travail dans le cadre d’un Contrat entre l’Etat, porté par le Ministère du Travail, et le secteur, dans le prolongement de l’Engagement pour le développement de l’emploi et des compétences (EDEC), et que les professionnels puissent rendre compte précisément des évolutions de pratiques, résultats, de leur négociation sociale et impacts induits.

Beaucoup de ces orientations requièrent une mobilisation collective, non seulement des pouvoirs publics, qui prendront toute leur part mais aussi bien-sûr des acteurs professionnels, par le biais de la négociation collective de branche, par la mobilisation des acteurs sur les territoires, ou par une responsabilité particulière que peuvent avoir les grandes entreprises en impulsion d’une dynamique favorable, en prenant des engagements tangibles sur l’insertion dans l’emploi (découverte métiers et immersions, alternance…).

D’ores et déjà, des premières réalisations sont en cours, avec des propositions portées auprès des parties prenantes tendant à renforcer leur gouvernance pour réunir dans un espace commun de co-construction, l’ensemble du secteur du tourisme, pour créer les conditions d’une croissance des entreprises et mieux développer l’emploi des salariés.

La mission sur l’emploi et la formation dans le secteur du tourisme, dont le travail se poursuit pour préciser le détail de ces priorités et autres orientations, travaillera avec les Ministères et les acteurs concernés à la mise en œuvre de ces premières orientations, et formalisation des engagements avec les branches et entreprises, dans la perspective du prochain Comité Interministériel du Tourisme qui se tiendrait au mois de mai.

 

NOMINATION: F. Lardet chargée d’une mission sur le tourisme par E. Philippe

Ce jour est un moment important dans ma vie de parlementaire de Haute-Savoie : je suis nommée par Edouard Philippe, à la tête d’une mission gouvernementale sur les moyens d’optimiser le potentiel d’emplois dans le secteur touristique français et d’adapter la formation des salariés aux exigences des entreprises et des clientèles ainsi qu’à la vision du tourisme de demain.  Un enjeu majeur pour la France et notre territoire !

Ci-dessous le communiqué de presse relatif à ma nomination

                                     COMMUNIQUÉ DE PRESSE                                   

Paris, le 30.10.2018

TOURISME ET EMPLOI : Frédérique Lardet, Députée de Haute Savoie missionnée par le Premier Ministre 

Engagé depuis des mois dans une refonte conséquente du marché du travail, de la formation professionnelle et de l’apprentissage, le Gouvernement, dans la bataille qu’il mène pour l’emploi, conduit une réflexion profonde sur la manière de lever les obstacles dans les secteurs les plus contraints en la matière et pourtant sources d’opportunités et d’emplois, tel le tourisme.

Pour l’accompagner dans cette démarche, le Premier Ministre a décidé de confier à Frédérique Lardet, Députée de Haute-Savoie et très au fait des questions de tourisme, ayant elle-même été professionnelle dans ce secteur pendant plus d’une vingtaine d’années, une mission gouvernementale sur les moyens d’optimiser le potentiel d’emplois dans le secteur touristique français et d’adapter la formation des salariés aux exigences des entreprises et des clientèles ainsi qu’à la vision du tourisme de demain.

Depuis le début de la législature, Frédérique Lardet a été remarquée pour son implication sur le sujet, notamment en sa qualité de membre du Conseil Interministériel du Tourisme, instance de concertation de toutes les parties prenantes du domaine et chargée de la mise en œuvre de la feuille de route du gouvernement en matière touristique.

C’est d’ailleurs pour préparer les orientations ministérielles du prochain CIT programmé en mars 2019 que Frédérique Lardet doit remettre, fin janvier, les conclusions de sa mission qui commence ce jour. Parmi les pistes de travail à investiguer, figurent : toute mesure de nature à favoriser l’attractivité du secteur, la révision de la formation initiale et continue, le renforcement de l’apprentissage et de l’alternance, l’adaptation du cadre réglementaire social et fiscal ou encore la sécurisation des parcours professionnels des travailleurs, notamment saisonniers.

Elue d’un territoire aux forts enjeux touristiques, Frédérique Lardet remercie le Gouvernement de ce témoignage de confiance qu’elle entend honorer d’un investissement total sur un sujet qui lui tient particulièrement à cœur. Enfin, elle se réjouit d’y travailler en étroite collaboration avec deux experts du secteur, Monsieur Bruno de Monte, Directeur de l’Ecole Ferrandi et Madame Stéphanie Le Quellec, Chef du restaurant gastronomique La Scène, missionnés avec elle par Edouard Philippe.

————————————–

Contact presse :

Sarah PINEAU, Collaboratrice parlementaire, 01 40 63 74 61

sarah.pineau@clb-an.fr

TOURISME: Participation au congrès mondial de l’OITS

Vendredi 19 octobre,  j’ai eu l’honneur de représenter Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’Etat chargé, entre autres, du tourisme, au congrès mondial de l’Organisation Internationale du Tourisme Social à Lyon.

En tant que membre  du Conseil Interministériel du Tourisme, instance de concertation réunissant tous les ministres et les principaux acteurs du tourisme, qu’ils soient issus des territoires ou des entreprises privées, j’ai rappelé le rôle et les missions de ce dispositif mais également indiqué quelle était notre feuille de route pour les mois à venir.

Il s’agit tout d’abord d’inscrire l’ensemble de nos actions dans un objectif de durabilité. Aujourd’hui le tourisme est, au niveau mondial, responsable d’environ 8 % des émissions de gaz à effet de serre. Réduire l’empreinte environnemental du secteur est donc indispensable, ce qui passe, par exemple, par la mise en place de stratégies bénéficiant à l’ensemble des territoires et pas seulement à ceux qui ont déjà une fréquentation touristique élevée.

J’ai ensuite évoqué la question de la mobilité et d’une meilleure connectivité aérienne et intermodale des territoires avant de finir sur la nécessité d’innover constamment, tant au niveau des outils très concrets à mettre au service des touristes, qu’en terme d’identification de nouvelles formes de tourisme, plus adaptées aux clientèles actuelles : slow tourisme…

Les échanges nombreux et nourris tout au long de congrès et à la suite de mon intervention me confortent dans l’idée que le tourisme doit être pris en compte dans l’ensemble des politiques gouvernementales, de par la transversalité des sujets auxquels il touche. D’où mon engagement sans faille sur ce thème dans mes fonctions parlementaires.

MONTAGNE: Congrès annuel Domaines Skiables de France

Lundi 01er octobre s’est tenu le congrès annuel de Domaines Skiables de France qui, par ailleurs,  fêtait son 80ème anniversaire.

Parmi les nombreux échanges et les tables rondes, il a beaucoup été question de la montagne de demain. Pour ma part, je suis intervenue à deux reprises, sur la problématique des résidences de tourisme d’une part et sur la délégation de service public de remontées mécaniques d’autre part. En effet cette DSP connaît en ce moment quelques soubresauts suite à une décision rendue par le Conseil d’Etat en juin 2018.

Cet événement m’a  rappelé qu’avant d’être une élue nationale, je suis citoyenne française de Haute-Savoie, et fière de l’être, qui doit se battre pour porter la parole de nos élus locaux à qui nous devons le respect.

 

TOURISME: le travail se poursuit

Alors que l’effet coupe du monde devrait entraîner  quelques bénéfices importants en matière de tourisme, j’ai récemment pris part à deux réunions importantes sur le sujet.

Tout d’abord le Conseil Interministériel du Tourisme, auquel je siège, s’est réuni le 19 juillet.

Nous avons commencé par examiner l’état d’avancement des chantiers lancés il y a tout juste un an, à la même période. Ont ainsi été évoqués, entre autres, l’amélioration de la promotion de la destination France à l’international et le meilleur encadrement des plateformes de location touristique en ligne à l’occasion de la loi ELAN et auquel j’ai grandement contribué (http://frederiquelardet.fr/communique-de-presse-locations-saisonnieres-frederique-lardet-premiere-ligne-mieux-reguler-lactivite-plateformes-internet/)

Nous avons également arrêté les chantiers prioritaires pour l’année à venir: accompagnement de la transformation numérique des acteurs touristiques, développement des liens entre sport et tourisme, création d’un prix du tourisme culturel…

Ensuite, j’ai participé ce 26 juillet à la réunion des parlementaires membres de l’Association Nationale des Élus des Territoires Touristiques qui a vocation à faire le lien entre les pouvoirs publics, les élus et le secteur privé pour définir ensemble les enjeux du secteur. 

Outre la loi ELAN nous avons fait un état des lieux rapide du sujet touristique dans les textes à venir afin d’avancer des propositions concrètes dès la rentrée.

POUR ALLER PLUS LOIN

Consulter le dossier de presse du CIT

Consulter le site internet de l’ANETT

TOURISME: 3e réunion du groupe de travail local

Le 2 juillet à La Clusaz, j’ai réuni pour la 3e fois mon groupe local de travail sur les questions touristiques. Tous les acteurs départementaux du secteur ou leurs représentants étaient présents: Atout France, UNPLV, UMIH, Offices de tourisme…

Au programme des discussions : la problématique des résidences de tourisme.

L’écoute attentive des professionnels m’a permis d’identifier un certain nombre de blocages et de freins que je relaierai utilement le 19 juillet prochain lors du Comité Interministériel du Tourisme, avant d’engager un travail plus en profondeur via la rédaction d’un rapport et des propositions concrètes en la matière.

Questions au Gouvernement

Jeudi 22 février avait lieu à l’Assemblée une séance de questions orales sans débat. Posées par un député à un ministre,  elles sont très souvent d’intérêt local pour le député qui en est l’auteur et permettent d’obtenir des éclaircissements sur un sujet précis.

J’ai donc interrogé le gouvernement sur la situation de l’immobilier de loisirs et ses conséquences sur l’attractivité touristique française notamment sur la vitalité des territoires concernés.  Rappelant le retard certain que semblait prendre notre pays en la matière au regard de ses voisins européens ainsi que de l’alerte faite par le Premier ministre lui-même lors du dernier Comité Interministériel du tourisme, instance de laquelle je suis membre depuis peu, j’ai souhaité savoir quelles étaient les conclusions de la mission d’information chargée d’identifier les propositions susceptibles de faciliter la rénovation du parc privé d’hébergements touristiques et disposer de quelques précisions quant à l’expérimentation tout juste commencée par le front office de l’ingénierie touristique d’accompagnement de la réhabilitation d’hébergements touristiques marchands dans une dizaine de stations de montagnes, notamment en Savoie.

Il m’a été répondu que plusieurs dispositions législatives étaient actuellement en cours d’élaboration, portant, entre autres, sur:

– un zonage plus fin de la destination des constructions dans les PLU entre résidences de tourisme et hôtels;

– une modulation des règles de copropriété dans le cadre de la loi logement à venir;

–  un renforcement du caractère contraignant des conventions d’aménagement touristique;

–  la mise en oeuvre d’un contrat de performance énergétique et touristique permettant à des tiers investisseurs de financer des travaux de rénovation énergétique des bâtiments.

Je vous invite à prendre connaissance de l’intégralité des échanges en cliquant sur la vidéo:

Frédérique Lardet rejoint le Conseil Interministériel du Tourisme (CIT)

Vendredi 19 janvier 2018, Frédérique Lardet, récemment nommée comme membre du CIT- et seule représentante de l’Assemblée nationale au sein de cette instance– a participé au 2ème conseil, initié par le Premier Ministre Edouard Philippe, et réunissant différents membres du Gouvernement, élus territoriaux et professionnels du tourisme.

 

Le rôle de Frédérique Lardet au sein de ce Conseil Interministériel du Tourisme

« Mon rôle sera à la fois d’être la représentante des parlementaires au sein de cette instance, mais aussi le relais entre l’Assemblée nationale et le Conseil Interministériel du Tourisme.  Je souhaite, de plus, mettre en place dès la semaine prochaine une organisation dédiée au tourisme au sein de l’Assemblée : un moyen concret et efficace pour que les travaux parlementaires se fassent en concertation et en cohérence avec le Conseil Interministériel du Tourisme » explique Frédérique Lardet, Députée de la 2nde circonscription de Haute-Savoie.

 

Pour rappel le Conseil interministériel du Tourisme c’est :

Une volonté du Gouvernement de faire du tourisme une priorité de son action, et de tout mettre en œuvre pour faire fructifier le potentiel touristique de la France et de ses territoires. Les objectifs ont été fixés et sont ambitieux : 100 millions de touristes internationaux accueillis en 2020 et 50 milliards d’euros de recettes économiques.

 

Les grands points de la 2ème session du Conseil

Edouard Philippe a annoncé la volonté de tous les participants de mettre en place une politique du tourisme ambitieuse en intensifiant 2 axes : la promotion et l’investissement.

Tout d’abord la promotion de la destination France : agir sur la demande touristique par la mobilisation de l’ensemble des acteurs envers la promotion touristique. Un objectif d’1€ de promotion internationale par touriste accueilli en 2022.

Ensuite l’investissement dans les infrastructures touristiques : agir sur l’offre touristique, en mobilisant l’investissement pour la construction et la réhabilitation. Un objectif de 15Md€ d’investissement touristique par an en 2022.