CIRCONSCRIPTION: Rencontre avec les entreprises de Haute-Savoie

Jeudi 29 novembre avec V. Riotton, Députée de la circonscription voisine, nous avons accueilli à Annecy B. Bonnell, Député du Rhône.

L’image contient peut-être : 3 personnes, personnes souriantes

Multi-entrepreneur,  créateur d’un fonds d’investissement Robolution, il s’est vu récemment confier une mission sur le développement de l’industrie dans les territoires dont une partie des conclusions ont été reprises dans la démarche “Territoires d’industries” annoncée le 22 novembre par E. Philippe.

Cette réunion a été l’occasion d’un échange privilégié avec les entrepreneurs de Haute-Savoie, auxquels nous avons rappelé l’ensemble des mesures prises en faveur de nos entreprises depuis 18 mois (transformation du CICE en baisses de charges, baisse du taux d’impôt sur les sociétés de 33% à 31% , taux de forfait social à 0% pour les entreprises de moins de 50 salariés …), et celles encore à venir grâce à la  loi PACTE (Plan d’Action pour la Croissance et la Transformation des Entreprises), votée à l’Assemblée nationale début octobre et désormais examinée par le Sénat.

Libérer la croissance et les énergies, sur le terrain les ressources sont là… nous nous efforçons d’accompagner au mieux leurs efforts et leur quotidien dans la conduite de notre mandat parlementaire !

Merci à tous les participants.

POUR ALLER PLUS LOIN

Mon précédent article sur la loi PACTE

Le dossier de presse “Territoires d’industries”

LOI MOBILITÉS: des transports pour tous partout

Le combat que je souhaite engager pour les années à venir, c’est celui des transports du quotidien. La réponse aux défis de notre territoire n’est pas aujourd’hui d’aller promettre des TGV ou des aéroports de proximité à tous les chefs‐lieux de département de France, mais c’est bien de repenser, de réarticuler les mobilités du XXIe siècle” E. MACRON, juillet 2017.

En réponse à cet engagement et après des mois de consultation – le coup d’envoi ayant été donné en octobre 2017 avec les Assises de la Mobilité, E. Borne, ministre chargée des transports a présenté la loi d’orientation des mobilités le 26 novembre.

4 OBJECTIFS

    • Apporter à tous et partout des solutions alternatives à la dépendance à l’usage individuel de la voiture.
    • Développer l’innovation et les nouvelles solutions de mobilité qui doivent être mises au service de tous.
    • Réduire l’empreinte environnementale des transports, en réussissant la transition écologique dans notre façon de se déplacer.
    • Investir davantage dans les infrastructures qui améliorent les déplacements du quotidien.

15 MESURES CLES

  1. Des solutions alternatives à la voiture individuelle sur 100% du territoire
  2. Une augmentation de 40 % des investissements pour améliorer les transports du quotidien
  3. La priorité à la remise en état de nos réseaux routier et ferroviaire
  4. Un plan sans précédent pour développer les transports en commun et désenclaver les territoires
  5. La mobilité des personnes en situation de handicap facilitée
  6. Un accompagnement à la mobilité pour tout demandeur d’emploi
  7. 100% des informations sur l’offre de mobilité accessibles et la possibilité de faire un trajet porte-à-porte avec un seul titre de transport
  8. Des navettes autonomes en circulation dès l’année 2020
  9. Un forfait mobilité durable : jusqu’à 400 €/an pour aller au travail en vélo ou en covoiturage
  10. Un plan pour développer le covoiturage
  11. Un plan vélo pour tripler sa part dans les déplacements d’ici 2024
  12. Un nouveau cadre pour les solutions en libre-service
  13. Le déploiement du véhicule électrique facilité grâce aux bornes de recharge électriques
  14. Le déploiement de zones à faibles émissions pour un air plus respirable
  15. Le permis de conduire moins cher et plus rapide

A l’heure où 30 % des émissions de CO² sont générées par les transports, où 25 %des Français ont déjà refusé une offre de d’emploi faute de
solution de mobilité et où 80 %du pays n’est pas pleinement couvert par une autorité organisatrice de transports, il était urgent de revoir en profondeur notre politique des transports, réflexion que j’avais engagé de mon côté en rejoignant le club “Avenir Transports”, think tank traitant, entre autres, de la problématique des mobilités.

Améliorer les transports du quotidien, remettre en état le réseau ferroviaire et désenclaver les territoires sont les trois points essentiels sur lesquels je concentrerai mes travaux. Ainsi qu’une attention portée aux NVEI ou Nouveaux Véhicules Electriques Individuels (trottinettes, gyropodes, hoveboards…) qui fleurissent dans nos villes mais dont la législation reste encore sommaire, comme j’ai eu l’occasion de le rappeler dans une question écrite posée il y a quelques mois.

POUR ALLER PLUS LOIN

Visionner la présentation de la loi par E. BORNE

 

COMMUNIQUE DE PRESSE: “Ne pas léguer de dettes à nos enfants”

Cette phrase, issue de la déclaration du Premier Ministre hier, était la raison essentielle de mon engagement en politique en 2017. Elle le restera.

J’entends les revendications actuelles en multipliant les rencontres sur le terrain, comme le font également bon nombre de mes collègues parlementaires de la majorité.

Sur le fond, la situation est complexe. La France reste championne d’Europe des dépenses publiques et en dépit de cela, le financement de notre modèle social n’est plus tenable. Un exemple parmi tant d’autres : en 1965 il y avait 4,29 cotisants pour 1 retraité. Aujourd’hui, on compte seulement 1,39 cotisants pour 1 retraité.

Pour autant, la question du pouvoir d’achat est cruciale. Elle concerne aussi bien les plus modestes que les classes moyennes. Nous avons déjà agi en la matière – revalorisation des minimas sociaux et soutien aux familles (universalisation du congé maternité, révision du reste à charge…) – et nous nous apprêtons, en votant la loi de finances pour 2019, à baisser de 8 milliards d’€ les prélèvements obligatoires.

La fracture territoriale non plus n’est pas oubliée. L’Agence nationale de cohésion des territoires est en train d’être créée. Nous investissons dans les services publics de proximité : + 400 millions d’€ d’investissements dans les hôpitaux de proximité, + 125 millions dans les EHPAD…

Enfin, notre majorité a entendu le besoin de temps et d’ajustement. C’est tout l’objet de la concertation qui s’ouvre à présent, pour 6 mois, et pendant laquelle l’application des 3 mesures fiscales qui font particulièrement débat est suspendue : hausse de la taxe carbone, convergence fiscale du diesel avec celle de l’essence et alignement de la fiscalité du gazole des entrepreneurs non routiers sur la fiscalité des particuliers.

En parallèle, le Gouvernement poursuit son accompagnement des ménages, dans la transition énergétique : super-prime à la conversion, augmentation et extension du chèque énergie, aides financières pour le remplacement des chaudières au fioul…

Parce que l’écoute du terrain, la confrontation des opinions, la concertation et l’échange, restent au fondement de mon engagement politique, j’invite toutes celles et tous ceux qui le souhaitent à une réunion publique du mouvement En Marche 74 le 14 décembre prochain à 19h au Centre Jean XXIII à Annecy (10 chemin du Bray – inscription obligatoire). L’occasion de discuter ensemble de la situation actuelle du pays, des réformes déjà menées et de celles à venir.

POUR ALLER PLUS LOIN

Revoir l’intervention du Premier Ministre en Vidéo

ENVIRONNEMENT: Programmation Pluriannuelle de l’Energie

Mardi 27 novembre, le Président de la République a fait des annonces attendues dans le cadre de la programmation pluriannuelle de l’énergie c’est-à-dire la présentation de la trajectoire des 10 prochaines années en matière de politique de l’énergie, et donc de transition écologique.

Résultat de recherche d'images pour "programmation pluriannuelle de l'énergie macron"

A cette occasion, il a rappelé les deux principes majeurs sur laquelle cette PPE se fondait:

  • réduire la consommation d’énergie fossile
  • assurer une transition écologique claire juste et durable pour tous les Français, ce dernier point étant particulièrement important dans le contexte actuel.

REDUIRE LA CONSOMMATION D’ENERGIES FOSSILES

70% de nos émissions de gaz à effet de serre proviennent d’énergies fossiles, la pollution de l’air est la cause de 48 000 décès prématurés par an en France… Ces chiffres ne sont plus acceptables.

Aussi pour réduire notre dépendance aux énergies fossiles, des décisions importantes ont été confirmées et ou annoncées par le Chef de l’Etat :

  • fermeture de  toutes les centrales à charbon pendant le quinquennat;
  • fermeture de 14 réacteurs nucléaires d’ici à 2035;
  • Le triplement du parc éolien terrestre d’ici 2030 ;
  • Quintuplement de la production d’énergie solaire d’ici 2030 ;
  • Atteindre dès 2035 un mix électrique composé à moitié seulement de nucléaire.

UNE TRANSITION ECOLOGIQUE CLAIRE, JUSTE ET DURABLE

Pour autant la transition écologique ne sera réussie que si elle est sociale et solidaire. Pour que la croissance verte soit un bénéfice collectif, des dispositions accompagneront les Français les plus modestes.

  • Poursuite de la prime à la conversion des chaudières (jusqu’à 3 000€), avec l’objectif d’ 1 M de chaudières au fioul remplacées dans le quinquennat, dans la perspective d’une sortie du chauffage fioul d’ici dix ans
  •  Poursuite de la prime à la conversion automobile, avec un objectif revu à la hausse d’un million de bénéficiaires dans le quinquennat, et une super-prime pour les Français modestes ou qui doivent se déplacer sur de longues distances pour travailler.
  • Le CITE (Crédit d’impôt pour la transition énergétique) sera étendu aux propriétaires bailleurs à partir de 2020. Pour les ménages modestes, il sera versé sous forme de prime, pour qu’ils puissent effectuer des travaux plus facilement. Pour eux, le taux d’aide sera bonifié.
  • Ouverture de l’éco-prêt à taux zéro dès la réalisation d’un seul type de travaux (changement de chaudière, isolation, etc.), contre deux actuellement, pour faciliter le financement du reste à charge. Le dispositif sera aussi simplifié.
  • Financement à 100 % des audits énergétiques pour les ménages modestes propriétaires de passoires thermiques (logements classés F ou G) à partir de 2020.
  • Augmentation du chèque énergie : + 50 € pour les bénéficiaires actuels, soit un montant moyen de 200 €, extension à plus de 2 millions de nouveaux bénéficiaires en 2019, qui recevront en moyenne 60 €.

Au final, près de 6 millions de ménages seront aidés pour payer leur facture de chauffage

L’ensemble de ces annonces trouvera une première traduction concrète dans la loi d’orientation des mobilités, texte sur lequel je souhaite m’investir dans les prochaines semaines (article à venir sur mon blog)

EMPLOI : Coup d’envoi à la semaine de l’inclusion économique

« Je veux que chacun puisse choisir sa vie, c’est le cœur de la politique d’émancipation par l’école et par la réussite économique. » En mai 2018, le président de la République donnait le ton lors de son discours d’annonces de mesures pour les banlieues. L’inclusion économique des personnes issues des quartiers populaires est un enjeu primordial pour la réduction du chômage en France.

Car aujourd’hui, les chiffres restent très mitigés : il y a 25% de chômage en plus dans les quartiers prioritaires des villes. C’est pour avancer sur cette problématique qu’a l’initiative de mon collègue Didier Baichère, député des Yvelines , a été  lancée  la semaine de l’inclusion économique, du 26 novembre au 2 décembre.

Soutenue par Julien Denormandie, ministre délégué à la Ville et au Logement, et Muriel Pénicaud, ministre du Travail, cette semaine se traduit par de nombreuses actions sur le territoire dont le point commun est la volonté de renforcer la coordination entre les acteurs institutionnels de l’emploi, les associations nationales ou locales du secteur socio-économique et surtout les entreprises.

L’image contient peut-être : 1 personne, debout

Le 27 novembre, j’ai moi-même participé au Top 10 des recruteurs de la diversité au ministère de l’Economie et des Finances. Deux tables rondes sur “l’identification et le recrutement des nouveaux talents” d’une part, “la mobilisation de tous les acteurs, privés comme publics, pour l’inclusion économique” d’autre part, ont permis, via des témoignages de grandes entreprises et d’élus de voir comment faire bouger collectivement les lignes…

De quoi nourrir également les travaux de ma mission en cours sur l’emploi dans le secteur du tourisme.

POUR ALLER PLUS LOIN

Consulter le dossier de presse de la semaine pour l’inclusion économique

Consulter le PAQTE ( Pacte avec les Quartiers pour Toutes les Entreprises)

CIRCONSCRIPTION: Joyeux anniversaire au Brise Glace !

“La musique c’est ce qu’il y a entre les notes” disait le violoniste américain Isaac Stern…

De fait, déjà 20 ans que Le Brise Glace poursuit sa mission de promotion des musiques actuelles via l’information, la formation, la répétition, sans oublier le soutien à la création et la diffusion… le tout sous forme associative.

Un grand merci donc à tous celles et ceux qui s’impliquent pour faire vivre le lieu – au premier rang desquels les bénévoles – et lui permettent d’être aujourd’hui considéré comme un modèle régional et une référence nationale.

J’étais présente aux 20 ans… J’espère bien être encore là pour les 30 ans !

TOURISME: Attractivité des villes moyennes, valorisation du patrimoine…

Depuis que le Gouvernement m’a missionnée sur l’optimisation du potentiel d’emplois dans le secteur touristique en vue du prochain CIT qui se tiendra en mars 2019, je multiplie les auditions, déplacements et participation à des événements de toute nature pour recueillir les avis et analyses des acteurs du terrain.

Ainsi le 13 novembre, j’ai participé à un séminaire organisé par le ministère de la Cohésion des territoires et des Relation avec les collectivités territoriales, le CGET, Atout France, et Ville de France sur l’attractivité touristique des villes moyennes. L’étude présentée à cette occasion a montré combien ces villes possédaient de réels atouts pour tirer leur épingle du jeu, à condition, d’une part qu’elles identifient bien les attentes des touristes d’aujourd’hui et y répondent sans pour autant oublier leurs habitants et, d’autre part qu’elles soient correctement accompagnées par les pouvoirs publics. Sur ce point La Ministre J. GOURAULT qui a clôturé les échanges de la matinée a indiqué que la logique retenue par son Ministère n’était pas d’imposer des projets d’en haut mais de tenir à disposition des territoires des moyens – humains, techniques, financiers – pour répondre à leurs besoins. Le plan gouvernemental “Action Coeur de Ville” qui vise à redonner dynamisme et attractivité aux centre-villes en est un bon exemple.

Et cette semaine j’ai participé au petit déjeuner du Club “France Terre de Tourisme” sur la valorisation du patrimoine et en présence, entre autres, de la Banque des Territoires qui, depuis sa création en mai dernier, offre un ensemble de solutions d’accompagnement et de financement au service des projets portés par les élus.
L’occasion pour moi de rappeler que les collectivités territoriales devaient être accompagnées dans la construction du parcours touristique mais qu’il fallait également s’assurer d’une répartition harmonieuse des touristes sur un même territoire pour des retombées économiques équitablement partagées et une prise en compte des enjeux environnementaux (éviter la surfréquentation de certains lieux etc).

POUR EN SAVOIR PLUS

Consultez la synthèse de l’étude sur l’attractivité touristique des villes moyennes

Consultez le plan “Action Coeur de Ville”

 

 

CIRCONSCRIPTION: Liaison Ouest du Lac d’Annecy

J’ai participé ce lundi 19 novembre à l’avant dernière réunion publique de concertation pour le projet de liaison ouest du lac d’Annecy qui s’est tenue à Sevrier.

Plus de 600 personnes étaient présentes, témoignant de l’intérêt des élus et des habitants pour un projet structurant quant à l’avenir de notre territoire. La diversité des positions défendues nous a montré combien la consultation publique actuellement en cours était essentielle.

J’ai pour ma part indiqué que j’étais  plutôt favorable au projet, ce qui n’empêche pas quelques  réserves : gabarit des camions autorisés, augmentation éventuelle du trafic des poids-lourds, équilibre du SCOT en termes de construction de  logements entre les rive ouest et est… Des points de vigilance sur lesquels je resterai attentive comme je l’ai rappelé dans l’interview réalisée par H2O.

POUR ECOUTER MON INTERVIEW: Cliquez ici

CONGRES DES MAIRES: la démocratie locale écoutée et entendue

Chaque année, le Congrès des Maires est un moment important de notre démocratie, les élus de nos territoires venant à Paris pour faire part de leur quotidien, leurs attentes, leurs besoins et voir avec le Gouvernement dans quelle mesure les engagements pris ont été tenus. Il s’agit également de bâtir de manière concertée la feuille de route pour les prochains mois.

Depuis  an et demi notre majorité est pleinement engagée en faveur des collectivités territoriales: reconnaissance institutionnelle des territoires, adaptation des compétences (GEMAPI, eau et assainissement, Gens du voyage…), préservation des dotations financières…. Conscients des spécificités de nos territoires, toutes nos actions visent à répondre, de façon pragmatique, aux enjeux quotidiens des élus locaux en leur apportant plus de souplesse. Par exemple lors de ce Congrès, nous sommes allés avec mes collègues du cercle Girondin  lancer le « Tour des territoires » pour échanger avec les maires et élus locaux et penser ensemble le rôle du Maire au XXIe siècle.

Pour chaque parlementaire, le congrès est aussi un temps essentiel, à la fois de travail et de convivialité, avec les élus de sa circonscription. Durant ces quelques jours, j’ai ainsi eu à coeur de permettre une visite de l’Assemblée nationale à ceux qui m’avaient sollicitée et de partager des instants forts, tel le ravivage de la flamme du soldat inconnu sous l’Arc de triomphe.

 

HAUSSE DU PRIX DES CARBURANTS: Idées reçues et données clés

Alors que l’augmentation des prix des carburants est coeur des conversations et des débats depuis quelques semaines et que circulent des chiffres divers, voici des éléments qu’il me semble utile de rappeler.

Depuis l’arrivée aux responsabilités de notre majorité, le prix du litre de gasoil est passé en moyenne de 1,32€ à 1,52€. Cette augmentation est due à 75% à l’augmentation du prix du pétrole, comme le rappelle cet extrait de JT. De fait, sur un an, la part de la fiscalité ne représente que 25% de ces augmentations.

La part des taxes dans le prix des carburants a en fait stagné depuis une dizaine d’années. Entre 2007 et octobre de cette année, les impôts ont baissé de 2%.

Notre pays est fortement dépendant du prix du pétrole. En 2017, la facture pétrolière pesait pour près des trois quarts dans la facture énergétique globale. Elle a augmenté de 25% en un an. Cela a représenté en 2017 une dépense annuelle de plus de 20 Md€. Les tensions sur le marché du pétrole restent et resteront fortes dans les années à venir.

Le prix moyen du gasoil en France reste dans la moyenne européenne. Il est plus cher par exemple en Belgique, en Grande-Bretagne et en Italie.

Le gouvernement agit auprès des groupes pétroliers et notamment le groupe Total, premier groupe pétrolier français, pour que les baisses constatées ces derniers jours sur les marchés mondiaux du pétrole soient répercutées à la pompe.

Le gouvernement consacre des budgets importants à la transition écologique et vient en soutien direct aux particuliers pour les aider à assumer le coût financier de celle-ci: https://twitter.com/LaREM_AN/status/1060967030508212225. 

Enfin, le rattrapage diesel/essence est une mesure de santé publique. L’Organisation Mondiale de la Santé a établi formellement en 2012 les effets cancérigènes des gaz d’échappement des moteurs diesel.

Pouvoir d’achat,environnement, santé… Plus que jamais notre majorité est mobilisée sur ces priorités et s’efforce de les concilier, en dépit des difficultés.